Comment faire un moulage à creux-perdu ?

Le bronze est l’un des matériaux les plus populaires dans le monde de l’art de la sculpture. Il s’agit d’un matériau durable, difficile à altérer et ne perd pas de sa valeur avec le temps. Un bon nombre d’artistes sculpteurs utilisent le bronze comme médium de travail pour concrétiser leurs œuvres. Dans ce contexte, il faut préciser qu’il existe une large variété de techniques et de méthodes utilisées pour couler des œuvres en bronze, et parmi elles, la plus commune est la méthode du moulage creux-perdu

Cire perdue : qu’est-ce que le moulage à creux-perdu ?

La méthode de moulage creux-perdu est aussi populaire qu’elle est ancienne. Ce procédé simple et efficace est devenu extrêmement répandu depuis plus de 3 500 ans av. J.-C. Preuve de la longévité des œuvres que ce procédé permet de réaliser, des pièces de bronze de plus de 5 000 ans subsistent encore aujourd’hui. Le procédé comporte une méthode de travail en plusieurs étapes qu’il suffit de suivre, mais qui peut être utilisée pour réaliser des dessins complexes et élaborés convenant à presque tous les types de pièces qu’un artiste souhaiterait produire.

Le processus moulage à cire perdue

Un artiste commence par réaliser le modèle original de son dessin – traditionnellement en cire ou en argile – mais peut utiliser un autre matériau à condition qu’il soit à base d’huile qui permet de le garder mou. Un moule est fabriqué à partir du modèle original en utilisant deux moitiés en forme de coquille, une molle – normalement en silicone – et une dure qui est généralement en plâtre.

Il est courant que les grandes œuvres soient réalisées avec plus d’un moule. Si le modèle original consiste en de fines étendues du corps du modèle (par exemple, bras, jambes, etc.), celles-ci seront moulées séparément. Lors de la fabrication des moules, une cale avec des clés est placée entre les deux parties pour permettre de remonter les deux pièces avec précision.

La première étape :

La cire fondue est versée dans les deux moitiés et déplacée pour permettre une couche uniforme sur le moule – normalement, le but est que 3 mm de cire reposent sur le moule. Toutefois, chaque artiste peut travailler différemment et trouver ses propres quantités de cire préférées pour réaliser son moulage creux-perdu idéal. L’excès de cire est ensuite versé, laissant une copie en cire creuse de la pièce à l’intérieur.

La copie en cire est ensuite retirée du moule. Le moule peut être utilisé à nouveau pour faire des copies. Chaque copie est ensuite ” ciselée ” – c’est là qu’un outil métallique chauffé sera utilisé pour cacher les imperfections et enlever la ligne qui indique l’endroit où les deux pièces ont été assemblées. Toutes les pièces supplémentaires qui ont été moulées séparément seront également ajoutées à ce stade.

La seconde étape :

La copie en cire est ensuite ” coulée ” avec une structure en forme d’arbre de cire qui fournira éventuellement des chemins pour que le matériau de moulage fondu puisse s’écouler et que l’air puisse s’échapper. La coulée soigneusement planifiée commence généralement par le haut avec une ” coupe ” de cire, qui est fixée par des cylindres de cire à divers points de la copie en cire. Il n’est pas nécessaire que la coulée soit creuse, car elle sera fondue plus tard dans le processus.

La copie en cire fondue est ensuite plongée dans une ” bouillie ” de silice, puis dans un stuc semblable à du sable – la combinaison de ces deux matériaux est connue sous le nom de moule à coquille en céramique. Ce processus est répété jusqu’à ce qu’une couche en céramique d’environ 1 cm d’épaisseur ait recouvert la copie en cire.

Une fois que la copie en cire est recouverte d’une coquille en céramique suffisamment épaisse, elle est cuite dans un four. Cela durcit la coquille en céramique pour permettre de la remplir plus tard avec du bronze fondu. C’est également à ce moment que notre procédé prend son nom : le modèle en cire qui se trouvait à l’intérieur de la coquille en céramique fond et s’écoule par les évents de coulée et se perd. C’est ainsi que nous obtenons notre nom !

La troisième étape :

Avant d’ajouter le Bronze, le moule sera d’abord testé avec de l’eau pour trouver les points faibles ou les trous où encore des fuites éventuelles. Tout dommage peut être réparé, les trous réparés ou pour faciliter le drainage dans certains cas, des trous supplémentaires peuvent être percés.

Maintenant que nous savons qu’il est solide et sûr, la coquille est alors chauffée une fois de plus dans le four pour éliminer toute humidité restante et s’assurer que le moulage est à une température similaire à celle du bronze fondu. Maintenant, notre moule final est prêt pour la coulée de notre pièce en bronze. D’abord, le bronze est fondu dans un four jusqu’à ce qu’il soit fondu ; le bronze fondu est à environ 1200 °C.

Les dernières étapes :

La raison pour laquelle notre moule en céramique doit être chauffé est que s’il n’est pas similaire au bronze, la différence de température ferait éclater la coquille. Une fois que le moule est rempli de la quantité suffisante de bronze, on le laisse refroidir. Une fois refroidi, le moulage en bronze est maintenant libéré en martelant la coquille et en enlevant les carottes. Le bronze des carottes sera refondu et réutilisé, mais la coquille céramique sera perdue.

Le procédé de ciselage du métal est maintenant utilisé, comme pour la coulée en cire auparavant, ce qui élimine tout signe que la pièce a été soumise au processus de coulée. Les imperfections ou les piqûres dues aux bulles d’air peuvent être éliminées en limant la surface. Vous avez enfin un moulage creux-perdu en bronze de votre sculpture originale et à partir de là, vous pouvez vous passer à la finition ou à la patine de votre œuvre.