Le top 7 des meilleures pâtisseries françaises !

Sectionner les meilleures pâtisseries françaises est une tâche difficile. Après tout, les pâtisseries sont une véritable tentation, à laquelle il est difficile – voire impossible – de résister, surtout si l’on s’adonne aux plaisirs de la gourmandise avec moins de culpabilité ! Alors, allumez votre four, choisissez parmi les recettes que vous avez notées sur de votre carnet de recettes pâtisserie MES 100 RECETTES de PÂTISSERIE A compléter, cuisiner et savourer et allez-y !

Saint Honoré

Le St Honoré, ou Gâteau St Honoré, commence par un cercle de pâte feuilletée, sur lequel est posé un anneau de pâte à choux. Le creux ainsi créé est rempli de crème chiboust, puis garni d’une série de petits choux à la crème trempés dans du sucre caramélisé. Le tout est fini par de la crème fouettée. Cela ressemble à une pâtisserie digne d’un roi ? Mieux encore, elle a été créée en l’honneur du saint patron français des boulangers et pâtissiers, Saint Honoré.

Mille-feuille

Le Mille-feuille un véritable classique de la pâtisserie française. En référence aux fines couches de pâte légèrement craquelées qui sont prises en sandwich avec une riche crème pâtissière et un nappage de glaçage, qui est généralement marbré, pour une décoration de gâteau simple, mais élégante. Les origines de ce délicieux gâteau sont floues, mais des variantes, portant parfois des noms différents, sont appréciées jusqu’en Russie, au Royaume-Uni, en Italie et en Australie.

Kouign Amann

Il n’est pas nécessaire de le prononcer correctement pour apprécier ces délicieuses pâtisseries, qui proviennent de la région bretonne. Il s’agit d’une pâtisserie ronde faite d’une pâte ressemblant à un croissant, qui est pliée et repliée et cuite en rond. En cuisant lentement, à basse température, la pâte gonfle pour former les nombreuses couches, et le sucre caramélise, formant une croûte croustillante qui crépite délicieusement lorsqu’on la croque. Pourquoi ce nom ? Dans la région d’où provient cette pâtisserie, le nom se traduit par “gâteau au beurre”.

Le gâteau de l’Opéra

Cet élégant gâteau est composé de fines couches qui sont trempées dans un sirop de café, puis recouvertes de crème au beurre au café et de ganache au chocolat. Il est assemblé sous la forme d’un grand carré ou d’un rectangle, puis découpé en grandes tranches en forme de barres pour être servi. Il a été popularisé par la célèbre pâtisserie parisienne Dalloyau, qui aurait adapté une recette du gâteau Clichy (autre nom sous lequel on trouve parfois ce gâteau), qui a été présenté à l’Exposition Culinaire de 1903 à Paris.

Les Macarons

Les macarons sont originaires d’Italie, mais sont fabriqués et dégustés en France depuis le début des années 1500. Selon la légende, une personne brillante chez Ladurée à Paris a eu l’idée de sandwicher deux meringues avec de la crème riche ou de la ganache, et un classique était né. En France, les macarons sont considérés comme une toile artistique aussi bien qu’un biscuit, et les boulangers créatifs produisent ces confections semblables à des bijoux dans des parfums variés : fraise-balsamique, sésame noir et – oui – même ketchup.

Le Croissant

En réalité, le croissant est né en Autriche, sous le nom de “kipferl”. La recette a été adaptée et adoptée par les Français, qui lui ont donné ses lettres de noblesse. Fabriqués en incorporant une quantité démesurée de beurre dans une pâte, puis en la pliant et la repliant, les croissants ont une texture aérienne, mais une saveur riche en beurre. L’extérieur craque lorsque vous le mordez, laissant place à un intérieur moelleux.

L’Éclair

Un éclair est une longue et fine pâte à choux remplie d’une crème pâtissière et recouverte d’un glaçage. Si la présentation classique est un glaçage au chocolat avec une garniture parfumée à la vanille, les boulangers créatifs ont réalisé un nombre infini de variantes créatives, du cassis au caramel en passant par le café.