La psychanalyse s’allie à l’hypnose pour plus d’immersion et d’efficacité

L’hypnose est un complément efficace dans le traitement d’une grande variété de troubles psychologiques et médicaux. Les résultats d’études présentant une pertinence clinique montrent, lorsqu’elle est utilisée en complément d’autres interventions médico-psychologiques, l’hypnose augmente son efficacité. Ses applications sont fondamentales dans le soulagement de la douleur, les troubles du sommeil, le sevrage tabagique, l’énurésie infantile, la réduction des symptômes anxieux, entre autres.

L’hypnose au service de la psychologie

Des résultats de recherches ayant une pertinence clinique, montrant que, lorsque l’hypnose est utilisée en complément d’autres interventions psychologiques, son efficacité est augmentée. L’hypnose thérapeutique est ainsi utilisée dans le traitement des problèmes émotionnels et psychosomatiques et dont l’efficacité a été prouvée par des centaines d’études scientifiques dans le monde entier. Des hypnothérapeutes tels que Gauthier FARA, pratiquent cette thérapie depuis des années avec succès. Vous pouvez en savoir davantage sur le site de Gauthier.

En 1953, l’Association médicale anglaise a recommandé l’utilisation de l’hypnose thérapeutique dans le traitement des problèmes physiques et psychologiques, suivie de l’Association médicale américaine en 1956. À l’heure actuelle, l’hypnose thérapeutique est utilisée dans le monde entier par des psychiatres, des psychologues et des hypnothérapeutes et le nombre de patients qui bénéficient de son utilisation ne cesse d’augmenter.

Les techniques hypnotiques sont inoffensives. L’hypnothérapie est considérée comme un complément à d’autres types d’efforts cliniques ou thérapeutiques. Cependant, de nombreux psychologues sont tournés vers la perspective cognitivo-comportementale des traitements psychologiques et ne sont pas conscients de la pertinence de l’hypnose thérapeutique et de son impact sur l’efficacité des procédures de psychanalyse.

L’hypnose thérapeutique est efficace dans plusieurs cas

L’hypnose thérapeutique n’est pas considérée comme une technique de psychothérapie en soi, mais elle peut être appliquée, seule ou avec d’autres techniques, dans un cadre psychothérapeutique par des psychiatres ou des hypnothérapeutes. Alors que les utilisations les plus connues de l’hypnose soient pour arrêter le tabac ou lutter contre le stress et l’anxiété, les applications de cette technique sont bien plus vastes, citons entre autres :

  • Dépression ;
  • Phobie scolaire ;
  • Alcool ;
  • Stress / Burn Out ;
  • Confiance en soi ;
  • Drogues ;
  • Perte de poids ;
  • Insomnie.

Bien que l’hypnothérapie soit une technique sûre (pour autant qu’elle soit appliquée par des professionnels spécialisés), elle est contre-indiquée en cas de troubles graves de la personnalité, ainsi que d’épilepsie et de schizophrénie.

Preuves de l’efficacité de l’hypnose en psychologie

Nous en savons de plus en plus sur l’hypnose thérapeutique et nous comprenons de mieux en mieux son mécanisme. Peu à peu, la science a débarrassé cette technique des mythes, des croyances erronées et des mauvaises interprétations qui l’accompagnaient depuis des années, démontrant qu’il s’agit d’un outil valide et efficace pour traiter de nombreux troubles, et pas seulement dans le domaine de la psychologie.

L’hypnose est également devenue un outil puissant pour le traitement de l’anxiété. Une expérience menée à l’université du Wisconsin a révélé que l’hypnose clinique soulage l’anxiété et le stress liés aux examens et contribue à améliorer les performances des étudiants. En outre, il a été démontré qu’elle contribue à atténuer l’anxiété souvent causée par les maladies graves.

Une autre expérience menée à l’Université de Calgary au Canada a comparé l’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale traditionnelle avec une combinaison d’hypnothérapie et de thérapie cognitive chez des personnes souffrant de dépression. Après quatre mois de traitement, les patients sous hypnose ont montré une amélioration des symptômes de dépression, d’anxiété et de désespoir, un effet qui s’est maintenu même un an plus tard.